ES Wormhout : site officiel du club de foot de WORMHOUT - footeo

Alain Colpaert

 

 

Fondée en 1931, l’Étoile fêtera en 2016 ses 85 ans avec une grande fête qui aura lieu en juin. Afin d’honorer toutes les personnes ayant contribué à cette longévité mais aussi pour mettre en lumière le travail qu’elles ont pu accomplir pour le club, nous allons aller rencontrer chaque semaine l’une d’elles afin qu’elle nous parle de son rôle joué dans le club et ce que représente le club pour elle.

Cette semaine, rencontre avec Alain Colpaert. Secrétaire durant de longues années, Alain est une figure locale pour tous les connaisseurs de l'ESW. Il a toujours joué un rôle au sein du club et donne encore aujourd'hui un coup de main avec les jeunes. Témoignage.

 

Quel a été ton premier contact avec le club ?

Je suis arrivé en 1981, en provenance de Vieux Berquin où j’étais joueur et dirigeant. J’avais 3 fils licenciés à Vieux Berquin. Suite à un déménagement professionnel, je me suis retrouvé à Wormhout avec mes fils. J’ai intégré tout de suite le groupe dirigeant avec François Dufour. Un an après mon arrivée, Jacques Loncke, alors secrétaire, a démissionné, et on m’a demandé de prendre sa place.

 

Quel rôle as-tu joué dans ce club ?

J’ai été secrétaire pendant plus de 20 ans, c’est le rôle dans lequel j’ai occupé le plus de temps. J’ai ensuite été trésorier pendant 4 ans, avant de devenir vice-président. Je suis toujours resté dans ce club afin de suivre les équipes, j’ai à peu près tout fait sauf gardien de but et président. J’étais au coeur de la vie du club que j’ai animée, notamment via la programmation des matchs, l’enregistrement des licences… J’étais également en lien permanent avec le District via ma fonction de secrétaire.
Aujourd’hui, je suis encore présent au club, licencié dirigeant, toujours présent pour épauler les dirigeants de l’école de foot dès qu’ils ont besoin de moi le samedi. Je suis souvent le plus vieux sur le terrain à bientôt 77 ans (rires). Je suis toujours très attentif aux résultats et surtout au fonctionnement du club (présent aux assemblées générales pour les différents votes, les présentations, speaker du tournoi…). J’ai d’ailleurs une pensée pour le regretté Gérard Lespinasse, qui m’avait succédé dans la fonction de speaker.

 

Que représente le club de l’ESW pour toi ?

J’ai toujours accordé beaucoup d’importance au fait d’utiliser le football comme un loisir éducatif. Il est important que les jeunes reçoivent des valeurs comme le respect de l’adversaire, des infrastructures, d’autrui, de la nature.
Cependant, j’étais toujours heureux de voir les jeunes faire du beau jeu et si possible en obtenant la victoire.
Concernant le club de Wormhout, j’ai toujours oeuvré pour le respect de ces valeurs même s’il m’est arrivé de m’énerver de temps en temps. Je ne suis jamais resté sur une rancune, j’ai toujours su tourner la page.

 

Quel est ton plus beau souvenir dans le club?

Tous les tournois « poussins », les 34 premières éditions où j’ai été présent (pas une seule de ratée !). En particulier, un très beau souvenir, en 1986, où les jeunes du club se sont imposés dans « leur » tournoi (seule victoire wormhoutoise à l’heure actuelle).
Mon engagement dans la vie associative footballistique me permet de connaître énormément de personnes (et d’être également reconnu) avec qui j’ai créé des liens.

 

Raconte nous une anecdote que tu as vécue dans le club.

Wormhout a gagné un match à Bollezeelle avec 2 buts marqués par mon fils… contre son camp (rires). Cependant, l’équipe a gagné le match 5-4 (il se reconnaîtra).
Une autre, un dimanche après midi en famille, en 1983, pas d’arbitre officielle pour l’équipe des Seniors B (dont Babar faisait parti), un match Wormhout-Rubrouck décisif. On m’appelle pour arbitrer, je siffle un pénalty pour Wormhout au bout d’une minute. Les adversaires s’insurgent (comme souvent). 2 minutes après, nouvelle faute de la surface que je n’ai pas osé siffler. J’ai dû mettre des cartons pour les wormhoutois dans le match et l’adversaire s’impose 3-2, Wormhout est ensuite descendu. Un arbitre officiel fédéral m’a ensuite confirmé que j’aurais dû siffler le pénalty mais que j’avais bien arbitré (rires).

Une petite dernière pour la route : lors du 13ème tournoi international poussins, les vestiaires, avec la friterie notamment, ont brûlé. A l’initiative du LOSC, les autres clubs ont offert des ballons à l’ESW, qui avait perdu beaucoup de matériel dans cet incendie. Le tournoi a pu cependant se terminer normalement avec la victoire de Lambersart.

 

 

Quelle(s) valeur(s) importante(s) du club sont les plus chères à tes yeux?

La fidélité des couleurs. Ce qui fait le plus plaisir est de retrouver aujourd’hui des jeunes joueurs alors que j’ai eu leurs parents comme joueurs. Cela marque l’emprise familiale dans ce club, une certaine continuité qui est une valeur à développer et qui est chère à mes yeux.
La convivialité est également importante, notamment le fait de se retrouver après un match tous ensembles, coéquipiers comme adversaires pour échanger autour d’une même passion.


Merci pour tes réponses, qui allons nous interroger la semaine prochaine?

Yvette Arnouts, trésorière pendant 40 ans, ou Christian Devos, ancien vice-président et aujourd’hui président d’honneur, avec qui j’ai toujours eu de très bons contacts.